27/02/2006

[PS2] Test de Star Ocean Till The End Of Time

medium_starocean3.3.jpg
(Je tiens à remercier Paulo pour m'avoir permis d'utiliser son test paru l'année dernière sur dvdrama.com section jeux vidéo) 
 
Star Ocean prend place loin dans notre futur, à une époque où les voyages spatiaux sont légions et où la découverte d'une nouvelle planète est devenu un évènement assez courant, au point même qu’un département interplanétaire a été créé afin de répertorier toutes les planètes existantes. Certaines planètes jugées peu développées sont ainsi protégées et interdites aux étrangers, afin de laisser à leurs habitants le temps de se développer seuls et de ne pas précipiter leur évolution.
Suite à l’attaque de la station orbitale où il séjournait en vacances avec sa famille, Fayt Linegod est séparé des siens. Son Pod d’évacuation s'écrase sur une planète protégée. Fayt est secouru sur cette planète par Cliff Fitter. Ce dernier était parti à sa recherche pour le compte d’un obscur commanditaire dont les motifs le sont tout autant.


Prélude à l’histoire, la première heure de jeu a l’avantage de nous faire basculer d’une station orbitale moderne à une planète dont l’évolution de la civilisation est estimée équivalente à notre 17ème siècle. Ce changement radical de cadre nous prépare à la diversité des lieux que l'on sera amené à visiter dans Star Ocean. Chaque planète possède sa particularité, et chaque lieu est détaillé avec un soin particulier. Riche, l’univers de Star Ocean l’est également par l’histoire de chaque lieu traversé. On la découvrira en parlant aux autochtones, mais aussi dans les diverses notes téléchargées sur le Pad qui permettront de découvrir les origines et les évolutions de chaque lieu et de ses habitants.
Comme la plupart des jeux de cette catégorie, Star Ocean propose d’innombrables dialogues, parfois longs de plusieurs minutes. Il va sans dire qu’ils s’avèrent souvent cruciaux à la compréhension de cette passionnante histoire. Et puis, le titre de Tri-Ace propose son lot de rebondissements et de personnages vraiment attachants qui donnent une réelle âme à l'aventure.


Star Ocean recrée deux types de lieux. Les premiers sont habités comme les villes, les châteaux ou les vaisseaux spatiaux. Ils bénéficient des décors les plus soignés graphiquement. C’est là que vous pourrez vous reposer, acheter de l’équipement et, qu’en général, vous débloquerez la partie suivante de l’histoire.
Viennent ensuite les donjons et autres routes jonchées de monstres, où vous devrez prouver votre habileté au combat. Si la plupart des donjons sont agréables à l’œil, certaines routes sont assez tristes, mais le soft reste globalement toujours beau, et ce malgré son âge.

Star Ocean est entièrement en 3D et en vue à la troisième personne légèrement du dessus. Il est néanmoins possible d’effectuer des rotations avec les touches L1 et R1 afin de fouiller les alentours de fond en comble.
Pour chaque nouveau lieu, une carte vierge s'affiche en bas de l’écran. Elle se renseigne au fur et à mesure que l’on évolue dans le niveau et indique les points clefs (portes, sorties, ennemis, etc.). Enfin, une boussole indique en permanence votre direction. Une simple pression sur la touche Start permet en un clin d’œil de se repositionner au Nord.
Entre la carte et la boussole, il est donc difficile de se perdre, et l'on prend un véritable plaisir à visiter les lieux, sans aucun problème pour se repérer pour peu que l’on ait tout assimilé.


Dès que le personnage entre en contact avec un des ennemis présents sur la carte, le jeu bascule en "mode combat" et place les protagonistes dans une sorte d’arène fermée. Rien de neuf si ce n’est que les combats ne se déroulent plus au tour par tour, comme souvent en RPG, mais en temps réel. On est donc libre de ses mouvements et l'on enchaîne les combos sans être obligé d’attendre son tour.
Bien entendu, les développeurs ne se sont pas contentés d'élaborer un simple Hack n’slash ; une certaine dose de tactique est donc nécessaire. Durant les affrontements, en plus des habituelles barres de HP (Energie) et MP (magie), tous les combattants - héros comme ennemis - gèrent une jauge de Fury. Lorsque cette jauge atteint 100%, les coups normaux (bouton X) et la magie n’ont plus aucun effet sur le personnage attaqué. Celui-ci est alors protégé par un bouclier. La seule solution pour faire diminuer la jauge de Fury adverse est d’effectuer une "attaque spéciale" (bouton O). Selon la puissance du coup et la résistance de l’adversaire, la jauge diminuera plus ou moins, et il sera alors possible de lui faire perdre de la vie avec des combos ou de la magie. Le revers de la médaille, c’est que lorsqu’on déclenche une attaque spéciale, sa propre jauge de Fury baisse également et, à son tour, on devient donc plus sensible aux coups. Rester immobile quelques instants suffit généralement à faire remonter la jauge en question.
Si les premières joutes sont d’abord un peu confuses, une fois le système de Fury intégré, on prend un réel plaisir à casser les gardes et à enchaîner les combos. D’autres attaques plus puissantes sont également possibles en maintenant une pression sur le bouton (X ou O). Celles-ci font perdre des HP mais aussi des MP lors de leur utilisation.


Les deux autres personnages alliés sont dirigés par la console. Vous pourrez parfois pester contre certaines de leurs décisions lors des bagarres, mais ils vous soutiennent plutôt bien la plupart du temps. Vous pouvez à tout moment switcher entre les personnages afin de profiter des compétences propres à chaque héros, et ce afin d’avoir un plus grand contrôle sur le déroulement d’un affrontement.
Il est également possible de définir une formation pour son équipe (en ligne, en attaque, regroupés, etc.), ainsi que le comportement des personnages lorsqu’ils sont dirigés par l’ordinateur (attaquer, conserver sa jauge de Fury, ne pas utiliser les attaques spéciales, etc.). De même, il est possible de configurer diverses attaques apprises au cours de l’aventure afin, par exemple, d’effectuer des attaques en l’air.
Une autre magie est requise ici, appelée Symbology, pour laquelle il est nécessaire de passer par le menu via la touche triangle, afin de sélectionner le sort qu’on souhaite lancer et son destinataire. On retrouve les habituels éléments : foudre, feu et glace, ainsi que d’autres sorts de soins.

Les habitués des Final Fantasy risquent d’être un peu perturbés, mais ce système a la particularité de rendre les combats plus immersifs, et de faire participer le joueur à l’action tout en gardant un petit côté tactique.


Le système d’évolution des personnages a également été bien pensé. Outre les diverses armes et armures achetées dans les magasins ou découvertes dans les coffres, le système d’expérience joue un rôle prépondérant. L’expérience gagnée grâce aux victoires peut toutefois varier. En effet, la jauge de "Bonus Battle" vous permet d’accéder à des bonus : un nouvel objet, davantage d’argent, mais surtout la possibilité de tripler vos points d’expérience. Pour faire grimper cette autre jauge, il vous faut asséner certaines attaques, faire des combos, etc. La jauge reste au même niveau d’un combat à l’autre et pour peu qu’on ne se fasse pas toucher ou que l’on n’ait pas fui pendant un combat, il est possible de monter rapidement les niveaux en enchaînant les affrontements et ainsi atteindre une jauge bonus expérience à 300%. Un système intelligent qui rend la monté en level un peu moins rébarbative !
Une fois un niveau écoulé, il est possible d’attribuer des points de SP afin d’améliorer, à sa guise, l’attaque ou la défense, ou d’augmenter ses capacités en HP et MP.


L’édition européenne de Star Ocean - Director's Cut - tient sur deux dvds. Le second disque intègre un mode multijoueurs à débloquer qui permet de faire s’affronter jusqu’à quatre joueurs. Il sera également possible de jouer avec deux personnages rencontrés en cours de jeu : Mirage et Adray. De nouveaux donjons et ennemis ont également été rajoutés.

Si l’anglais ne vous pose pas de problème, il serait vraiment dommage de manquer l’aventure proposée par Star Ocean. Avec une durée de vie d’au moins 60 heures - sans compter les quêtes annexes -, des personnages attachants et un très bon système de combat, il a de quoi combler tous les habituels joueurs de RPG et, je l’espère, de quoi en séduire de nouveaux.
 
Personnellement j'ai passé 135 heures dans cet océan d'étoiles sans jamais me lasser...

Les commentaires sont fermés.